version smartphones
 

Marche de pèlerinage (Arc-Ainières)

Le nouveau cd de Griff Trio nous a remis en mémoire une marche de pèlerinage du Hainaut, et c'est Pascale Gheux (arrière-petite-fille d'Alphonse Gheux, le dernier muchard connu) qui nous a rappelé d'où elle provenait : de l'ouvrage "Les instruments de musique populaire en Belgique et aux Pays-Bas - La cornemuse" (Ed. La Renaissance du Livre, 1983) par Hubert Boone, qui l'avait collectée, en même temps que deux polkas (servant aussi de mélodies pour une danse du tisonnier) et une "danse en rond", dans les environs d'Arc-Ainières.

C'est donc au départ une marche jouée à la cornemuse, en Do mineur (trois bémols) (*). Il y a moyen de la jouer à l'accordéon, ici transposée en La mineur, en gardant à l'esprit que c'est un air lent et en faisant attention aux quatre mesures consécutives en tiré - il s'agit de bien calculer son coup. Les deux dernières mesures sont la finale, à jouer à la place du reste de la troisième portée.

Les poussés sont situés au-dessus de la ligne horizontale, les tirés en dessous. Les chiffres entourés d'un rectangle correspondent à la rangée intérieure, celle de Do.

(*) Bernard Vanderheijden - qu'on remercie pour avoir relevé des erreurs dans la page initiale ci-dessus - fait la remarque suivante : En tonalité de do mineur (sur une cornemuse 16 pouces), c.-à-d. en plagal, l'air est injouable : il monte trop haut, surtout pour une muchosa, et de tout façon il n'a pas de la bémol (sixte mineure)  ! C'est donc en sol mineur qu'il faut le jouer. Il ajoute : Soit dit en passant, il me paraît plus approprié de parler d’air que de marche, d’autant que la mélodie est, à très peu de choses près, la chanson des Chonq Clotiers de Tournai  et que le tempo indiqué — 96 à la noire — n'est pas à proprement parler un « tempo di marcia ».

Voici le fichier audio au format Midi


 



visitez le site de la radio

Votre publicité ici ?

Pour toutes infos, contactez canard.folk@skynet.be  .