La Ferme de la Dîme

 

En ce mois d’août, les capucines et la bourrache en fleurs participent au concert végétal qui accueille le visiteur près du porche de la ferme de la Dîme, une ancienne ferme en carré transformée en salle de spectacles mais aussi bien plus que ça ... Benoît Postic et Catherine Blanjean, co-fondateurs des Baladins du Miroir et, en 1988, de la Compagnie Transhumance (du théâtre jeune public), ont trouvé cette ferme à vendre en 1993 et, avec quelques autres familles, l’ont achetée en pensant que la grange pourrait servir de lieu de répétition.  Ils se sont vite rendu compte qu’il n’y avait pas d’infrastructures culturelles dans la région, et ont décidé d’aménager la grange en salle de spectacles, notamment pour y donner du théâtre à l’intention des écoles. En septembre 1996, l’inauguration est un gros succès avec 450 personnes : cela répondait clairement à un besoin.

Avec le temps, la programmation s’est diversifiée, au point que la musique se taille désormais la part du lion. Le choix des groupes est plutôt une affaire d’état d’esprit car, contrairement aux centres culturels, Catherine et Benoît n’ont pas de quotas à respecter. S’ils ont envie de soutenir un artiste ou un projet, s’ils ont flashé sur une musique, ils se lancent.La Ferme de la Dîme : Benoît et Catherine

Cela donne de la “musique du monde” (Karim Baggili, Soledad, Violons Nomades, Panta Rhei, ...), un peu de jazz, un peu de chanson française, de la musique traditionnelle, du théâtre, et même parfois de la musique baroque, toujours avec la volonté d’accueillir les artistes et le public dans les meilleures conditions, un peu comme si on invitait des amis à manger. La formule dîner-spectacle est d’ailleurs particulièrement appréciée ! Résultat : des liens se tissent, des bénévoles se proposent. A chaque dîner-spectacle, dix à douze bénévoles donnent un coup de main. Il arrive que des gens qui ont payé leur entrée proposent d’aider à faire la vaisselle. On est aux antipodes de la société de consommation, et cela plaît visiblement à pas mal de monde. Côté musique traditionnelle, on relèvera que la première activité après l’inauguration en 1996 fut un bal pour enfants avec les P’tits Campagnols. Il y eut par la suite quelques bals, notamment avec l’académie d’Eghezée (dirigée par le dynamique Marc Maréchal), ou pour un mariage. Il y a aussi le fait que Catherine joue du violon (notamment avec les Bardes à Papa), et que ses trois enfants font aussi de la musique traditionnelle (piano, clarinette et saxophone). On ne s’étonnera donc pas de l’existence d’une “session” mensuelle l’an dernier. Et, même si cela n’a rien d’automatique, on comprendra que la Ferme de la Dîme ait eu envie de s’associer au projet d’encouragement de jeunes groupes folk lancé par le Canard Folk. Vous ne serez donc pas déçus en venant danser dans la belle grange de la Ferme de la Dîme ce 29 septembre 2007 à partir de 19h ... et, si vous avez faim, n’oubliez pas de réserver votre part de couscous une semaine à l’avance au 081/85 63 74. Pour plus d’infos sur le lieu, et notamment un plan d’accès (194 rue du Baron d’Obin à Wasseiges), voyez le site www.transhumance.be.             

        M.B. (paru en septembre 2007)


 



visitez le site de la radio

Votre publicité ici ?

Pour toutes infos, contactez canard.folk@skynet.be  .